Evolution de la posture chez la femme enceinte

MECANIQUE DU CORPS PENDANT LA GROSSESSE

Cet article est rédigé afin de suivre l’évolution du corps chez la femme enceinte. En effet, beaucoup de questions se posent notamment lors d’une première grossesse. Pas de panique : les modifications posturales et mécaniques apparaissent au fil des mois du développement du fœtus. Les futures mamans s’interrogent sur l’action des ostéopathes pendant la grossesse : Est-ce recommandé? Est-ce dangereux? Que faire ?

L’ostéopathie peut vous aider à passer une grossesse dans les meilleures conditions, quelques soient les symptômes que vous avez : Nausées, reflux, constipation, oppression respiratoire, essoufflement, jambes lourdes, sciatique, lumbago, douleurs entre les omoplates, torticolis, troubles du sommeil, etc.

Beaucoup de femmes s’interrogent sur les symptômes qu’elles ressentent au premier trimestre, puis au deuxième, puis au troisième ! comme si chaque trimestre avait sa liste de contraintes et de désagréments! Voici donc quelques explications sur les modifications de la posture tout au long de la grossesse, pour mieux comprendre le phénomène de la grossesse, mieux gérer les symptômes, et les propositions thérapeutiques adaptées à la femme enceinte en ostéopathie.

 

TRIMESTRE 1 : de 0 à 3 mois (0 à 12SA)

Les modifications posturales pendant la grossesse sont différentes en fonction de l’évolution de la grossesse : le bassin s’adapte à la réception et au développement du fœtus

Les trois premiers mois le bassin se positionne en arrière, de manière à optimiser la nidation : des compressions antérieures apparaissent (sensation de compression dans le petit bassin) : certaines femmes ressentent des douleurs abdominales basses, comme des douleurs de « règles », des douleurs de spasmes, comme une lourdeur et une pesenteur dans le bas ventre. La prise en charge ostéopathique est alors apropriée, douce, et sans contrainte pour laisser la nidation se faire au mieux.

 

 

TRIMESTRE 2 : de 3 à 6 mois (12 SA à 24 SA)

Puis à partir du 4è me mois le bassin se positionne vers l’avant, la courbure lombaire (lordose ou « cambrure ») augmente des le 4ème ou 5ème mois de grossesse : le fœtus se développe, l’utérus prend de la place en avant et creuse le dos en arrière, laissant apparaître des douleurs articulaires, musculaires, telles que des lumbagos ou des sciatalgies (fausse sciatique). Ce phénomène douloureux s’explique par une compression progressive des articulations postérieures des articulations des lombaires, ainsi que des articulations postérieures du bassin (sacro-iliaques).

Les manipulations ostéopathiques classiques sont alors possibles et indiquées pour débloquer les verrouillages articulaires, et permettre au bassin, aux lombaires, et au reste de la colonne d’adapter correctement la posture. L’ostéopathie a pour rôle de considerer tous ces paramètres, et de rétablir la bonne mobilité de l’ensemble du corps, pour que la future maman puisse continuer a travailler, à marcher, et avoir un quotidien tout à fait normal, et aussi de s’occuper des autres enfants de la maison sans souffrir physiquement !

 

TRIMESTRE 3 : de 6 mois à 9 mois (24SA à 38SA)

Avec le temps et le développement du fœtus, le diaphragme (muscle respiratoire principal se situant dans l’abdomen) est atteint ; non seulement ce muscle comprime les viscères abdominaux, et peut ainsi provoquer des nausées et reflux complètement mécaniques (c’est à dire aucun problème gastriques ou œsophagiens pathologiques tel qu’un  ulcère par exemple qui provoque ces mêmes symptômes non enceinte), et ceci quelque soit le stade de grossesse. Généralement, les nausées/vomissement/reflux du dernier trismestre sont purement mécaniques, et résultentde cette compression diaphragmatique sur le système digestif (On considère les nausées/reflux/vomissements du 1er trimestre comme étant de cause hormonale).

Le diaphragme est également le muscle respiratoire principal du corps : la cage thoracique subit alors toutes ces compressions, et toute la chasse liquidienne qui en résulte. Des douleurs intercostales sont souvent une problématique que les ostéopathes rencontrent en cabinet, ainsi que les douleurs abdominales basses et pelviennes à type de lourdeur (pesenteur). Le diaphragme est aussi et surtout un énorme générateur liquidien.

REGLE D’OR : La femme enceinte est maladroite ! (mal à droite) : on demandera aux femmes enceintes d’éviter la position allongée sur le côté droit quand elles sont réveillées et conscientes, pour éviter de comprimer deux veines qui assurent le retour veineux pour le fœtus

NB : la vessie se retrouve alors prisonnière de toute la croissance utérine qui l’avoisinne, et est régulièrement comprimée dans toute cette ré-organiation pelvienne viscérale (traduction : maman a toujours la vessie pleine, les réveils nocturnes pour uriner deviennent de plus en plus fréquents).

Ce phénomène de compression du diaphragme explique aussi les douleurs de la colonne vertébrale (des accroches musculaires se trouvent au niveau de la colonne vertébrale), mais aussi le phénomène de jambes lourdes (en plus des contraintes liquidiennes appliquées sur les membres inférieurs, de l’œdème liquidien se niche souvent au niveau du bassin – sacrum et sacro-iliaques douloureuses, qui déclenche des sensations douloureuses comme si « on appuyait sur un hématome.

Les femmes enceintes sont accompagnées du corps médical, mais aussi par l’ostéopathie, de manière à vivre cette étape de la vie dans les meilleurs dispositions physiques.

Coordonnées

Sarah Israel, Ostéopathe Paris 12 ème.
Centre médical Gamma, 193 rue de Bercy, 75012 Paris.

Tel : 01.43.44.44.43 (de 9h à 17h)
Mobile : 06.18.46.63.00 (uniquement pour les RDV à domicile).

RDV EN LIGNE 24h.24 SUR DOCTOLIB.FR (lien en bas de page).

Accès par le centre commercial Gamma Bercy
Entre Hertz et la Librairie, 1er étage.

Métro : Ligne 1 et Ligne 14 Gare de Lyon (sortie rue de Bercy).

© Sarah ISRAEL

Tous les articles rédigés sur ce site internet sont ©Sarah ISRAEL. Tous mes travaux sont l’objet d’études et de recherches personnelles via de multiples sources scientifiques agrées (avec bibliographie à l’appuie, publications officielles et statistiques INSERM). Toute copie ou tentative de plagiat est susceptible de poursuites.