Névralgie pudendale – Syndrôme d’ALCOCK

DEFINITION

La névralgie pundendale, ou syndrôme d’Alcock, est une douleur localisée dans la fesse en profondeur (plus précisément dans le périnée), soit la partie basse du bassin. La douleur est liée à une compression du nerf pudendal ( anciennement appelé nerf honteux, dû à sa localisation).

CLINIQUE

La douleur est de type neuropathique, irradiante telle une décharge électrique entre l’anus et les parties génitales. Ces douleurs sont souvent confondues avec un trouble uro-gynecologique, ou de douleur lombaire basse dans certains cas.

L’intensité de la douleur est importante, elle déclenche des douleurs vives, très intenses.

Cette douleur est très inconfortable lors des stations debout prolongées, assises prolongées, sur les soulevés de charge, ainsi qu’en flexion antérieure du rachis (= se pencher vers l’avant pour ramasser un objet, mettre ses chaussettes ou nouer ses lacets par exemple).

TRAITEMENT

  • Ostéopathie : décompression de la région anatomique en cause. Il faut traiter la structure et la fonction. La prise en charge manuelle ostéopathique consiste a rééquilibrer l’ensemble de la structure dure (traitement ostéo-articulaire du bassin +système musculo-ligamentaire associé ainsi que la structure ostéo-articulaire sacro-coccygienne et son système musculo-ligamantaire).

Tout le traitement ostéopathique s’effectue par voie externe : aucune manipulation interne.

  • Si l’ostéopathie est insuffisante, le traitement par infiltration canalaire est très complémentaire et efficace.
  • Parfois, une chirurgie est nécessaire pour décomprimer le nerf pudendal (rare).

 

ANATOMIE

Le rôle de cette racine nerveuse est motrice et sensitive : elle peut déclencher des douleurs a la mobilisation, comme au repos. Elle intervient  dans le mécanise de l’érection, ainsi que dans la continence urinaire et anale.

Le trajet de cette racine nerveuse s’étend de la grande échancrure sciatique (partie osseuse du bassin) sous le muscle piriforme (muscle dans la fesse qui contient le passage du nerf sciatique en ses fibres) : de ce fait, la compression de cette racine nerveuse provoque une douleur dans la fesse. Après être passée sous l’épine sciatique ( = partie osseuse du bassin plus en profondeur),la racine passe dans une pince ligamentaire étroite (deux ligaments qui constituent un canal de passage du nerf sciatique) ce qui déclenche une douleur profonde dans la fesse, qui progresse vers la partie anale du bassin) ,puis pénètre dans le canal fibreux d’ALCOCK (ce qui donne cette douleur anale à type de décharge électrique en progressant vers l’avant vers les parties génitales).

 

Cette racine nerveuse (S3/S4) donne le nerf pudendal, qui lui même donne des branches collatérales (= le nerf se divise en plusieurs branches) au niveau du canal d’alcock. Ces branches collatérales se dirigent vers les parties génitales (clitoris chez la femme et verge chez l’homme) pour la branche supérieure, et vers le scrotum, le muscle élévateur de l’anus (= douleur à la défécation), ainsi que vers les grandes lèvres (chez la femme) et le muscle ischio-bulbo-caverneux chez l’homme.

ETHIOLOGIES (Causes) : 

  1. Traumatique : Chute sur les fesses
  2. Cyclisme
  3. Position assise prolongée
  4. Conséquente à une pathologique rhumatologique : Polyarthrite rhumatoïde
  5. Cette problématique est fréquemment retrouvée chez le sportif (masse+ effort musculaire de puissance, etc.)

 

Coordonnées

Sarah Israel, Ostéopathe Paris 12 ème.
Centre médical Gamma, 193 rue de Bercy, 75012 Paris.

Tel : 01.43.44.44.43 (de 9h à 17h)
Mobile : 06.18.46.63.00 (uniquement pour les RDV à domicile).

RDV EN LIGNE 24h.24 SUR DOCTOLIB.FR (lien en bas de page).

Accès par le centre commercial Gamma Bercy
Entre Hertz et la Librairie, 1er étage.

Métro : Ligne 1 et Ligne 14 Gare de Lyon (sortie rue de Bercy).

© Sarah ISRAEL

Tous les articles rédigés sur ce site internet sont ©Sarah ISRAEL. Tous mes travaux sont l’objet d’études et de recherches personnelles via de multiples sources scientifiques agrées (avec bibliographie à l’appuie, publications officielles et statistiques INSERM). Toute copie ou tentative de plagiat est susceptible de poursuites.